Argghhhh, le premier jour de la semaine, de surcroît un mardi, et en plus, un 15 juillet. Et je n’ai rien à dire sur les réseaux sociaux : la honte !

Ce n’est pas que je n’ai rien à dire… J’aurais pu vous parler de mon week-end, un beau week-end en famille (une grande famille avec LA photo souvenir), une journée avec les enfants en toute autonomie et qui courent partout et qui mettent 1 minute 22 à s’endormir… Un beau week end où l’on reste sur les fauteuils à ne rien faire… Pause bien salvatrice. Mais vous avouerez que ce n’est pas le lieu pour en parler et je pense aussi que vous n’en n’avez rein à faire ! Et je le comprends !

cathsol-pause-café-tasse-rouge-1

Je pourrais vous parler de mes accompagnements « spécial été »… Mais vous allez penser que je profite de cet article pour faire ma pub… Pourtant, je ne vous aurais parlé que du côté positif que je ressens à accompagner ces créateurs d’entreprise qui veulent avancer. Et surtout, qui me permettent aussi d’avancer. Aller plus loin dans ce que je peux vous proposer et donc me forcer à aller plus loin. Pas forcément évident mais tellement bon de savoir que l’on peut encore et toujours se dépasser.

Mais même-là, je n’ai pas trop envie d’en parler. J’ai juste envie d’en profiter un peu en me recentrant sur  ce que cela m’apporte. Et me projeter sereinement sur la suite et les conséquences positives.

Alors pourquoi ce besoin, cette obligation de laisser un mot sur les réseaux. Parce que certains le font et le font bien ? Sachant que d’autres le font moins bien et que je ne veux pas tomber-là dedans.

Pourtant, j’aurais adoré vous dire bonjour, vous souhaitez une bonne « petite » semaine… J’aurais adoré avoir vos retours et vos « likes ».

Mais en fait non, je vais vous laisser, je vais allez me refaire un café et avancer tranquillement dans mon travail …

cathsol-pause-café-tasse-rouge

Et je vous donne rendez-vous très bientôt ; dès que j’ai quelque chose à vous dire !